Actualités

TAXI News – Octobre 2021

une femme qui appelle un taxi

Chers lectrices et lecteurs,

J’ai choisi trois informations à partager avec vous pour démarrer ce mois d’octobre :

1) Les taxis clandestins sévissent aussi malheureusement en province…

Nous en avons souvent parlé lors de nos nombreuses éditions, qu’il existe à Paris, dans les gares et les aéroports des clandestins, eh bien ce phénomène existe aussi en province. Le phénomène des faux taxis prend de l’ampleur à Nice. En pleine période estivale, les chauffeurs clandestins seraient même « plus de 1 000 », affirme Didier Bonacorsi, membre du Syndicat des taxis niçois, dans Nice-Presse. « Certains viennent de Paris. Pour l’été, ils descendent dans le Sud », ajoute-t-il, allant là où il y a le plus de clients potentiels. Pour attirer la clientèle, ces chauffeurs rôdent autour des lieux très fréquentés, notamment à la gare de Nice ou à l’aéroport, exhibant des panneaux « taxis ». Une technique parfaitement interdite aux vrais taxis. Les professionnels dénoncent une concurrence déloyale.

Que fait le gouvernement ?

2) La voiture autonome peut-être pour 2049 ?

En même temps que le réchauffement climatique et la disparition de beaucoup de villes en bord de mer tel que Bordeaux… En 2049, la voiture autonome sortira (enfin) du garage (il était temps !)

La régulation des VTC est-ce pour bientôt ?

Cliquez pour télécharger votre magazine

La voiture sans conducteur n’arrivera pas aussi vite qu’annoncée voilà quelques années. La faute à des accidents ou des difficultés techniques. Mais elle n’est pas pour autant abandonnée. Malgré les déclarations tonitruantes des pionniers de la conduite autonome, l’auto sans conducteur n’est pas encore prête à circuler dans nos rues. Elon Musk, le fondateur des voitures électriques Tesla, assurait il n’y a encore pas si longtemps vouloir commercialiser un véhicule ne nécessitant aucune intervention humaine dès 2020. On en est encore loin. Et les dirigeants de Lyft – le principal concurrent d’Uber aux États-Unis – ont beau affirmer que le concept de propriété de véhicules personnels serait dépassé en 2025, il ne s’agit encore que d’une promesse…

Les constructeurs automobiles « historiques », eux, ont déclaré se concentrer sur ce que l’on appelle le « troisième niveau » d’autonomie, considéré comme de l’aide à la conduite (assistance au parking, contrôle de la distanciation). Le quatrième et cinquième niveau, eux, sont ceux d’une autonomie complète semble pour l’instant trop risqué. A cela est venu s’ajouter un coût de fabrication très élevé, qui a fait reculer plus d’un entrepreneur. Bref, pour les partisans des voitures autonomes, c’est un peu la fin de la récréation.

3) Vous le savez déjà qu’un tribunal parisien a décidé qu’Uber doit donner 200€ à 910 chauffeurs de taxi.

Je sais que c’est d’un ridicule, mais ce qui compte c’est le symbole.

La société Uber France a été accusée de « concurrence déloyale » en raison de son service UberPop. D’autres procès contre Uber sont en cours…

Le statut des chauffeurs VTC et des livreurs à domicile est un sujet au cœur de l’actualité depuis quelques mois. Plusieurs actions en justice sont menées à travers le monde pour que ces travailleurs précarisés soient considérés comme des salariés. Récemment, on apprenait, par exemple, la mise en place de mesures de protection des livreurs à domicile en Chine. Ou encore, l’accès au salaire minimum et aux congés payés pour les chauffeurs VTC au Royaume-Uni. Sur le continent, le tribunal d’Amsterdam vient de statuer ce lundi 13 septembre que les chauffeurs d’Uber sont des employés et non des indépendants.

Uber sous pression

Dans une décision de justice, un juge néerlandais a statué dans ce sens en déclarant que la relation juridique entre Uber et les chauffeurs « présente toutes les caractéristiques d’une relation de travail : travail, salaire et autorité ». En plus de cela, le tribunal a estimé que les chauffeurs sont couverts par la convention collective des chauffeurs de taxi aux Pays-Bas.

Uber va ainsi devoir agir pour s’aligner sur cette convention. Elle fixe plusieurs exigences salariales et sociétales (assurance maladie, retraite…). Il a aussi été demandé au leader mondial du secteur des VTC de payer 50 000 euros de frais. Au total, 4 000 chauffeurs néerlandais seraient concernés par cette décision de justice.

Ce sujet qui laisse perplexe a été soulevé dans un certain nombre de pays. Même si la France ne semble pas vouloir changer de réglementation pour l’instant, les institutions européennes se penchent sur la question, et une nouvelle loi devrait être proposée à Bruxelles. Le salut pour une fois viendrait-il de l’Union Européenne ? Pourquoi pas, à suivre…

Au nom de toute l’équipe de Taxi News je vous souhaite un très bon mois d’octobre et espère vous retrouver en novembre. Prenez soin de vous et de vos proches.

Alexandre Sejdinov

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top